Notre éthique

Publié le par monseigneur Jean-Louis Poncelet

L’éthique

 

 

 

Nous embrassons toutes les grandes causes humaines et sociales, nous défendons la liberté sous toutes ses formes et sommes partisans de l’égalité, nous n’admettons aucune forme d’esclavage ainsi que de  torture, enfin toutes  formes de violences. Nous bannissons le racisme, le sexisme, l’exclusion même, celle pratiquée par une société envers les personnes moins jeunes, soit en les excluant du travail, soit en isolant les plus âgés.

 

   Nous ne reconnaissons à personne le droit  d’excommunier, qui peut se permettre d’exclure de l’église de Dieu, une, Sainte, catholique et apostolique, les baptisés.

 

 

    Nous pensons que la pédophilie, surtout dans les églises est un abus de l’innocence et un crime. Nous voulons que les enfants soient respectés en particulier au sein des familles

 

    Nous défendons la fidélité dans le couple, nous pensons qu’il doit être la première étape de la fondation de la famille, cette institution doit être vénérée.

 

    En matière d’avortement, rien dans la bible ne condamne cet acte, d’ailleurs à quel moment l’âme intègre t’elle le corps qui doit la recevoir, l’antiquité grecque et saint thomas dAquin, ont donné leur avis  et si nous condamnons le péché, quand péché il y a, nous nous refusons à juger le pécheur, car il ne s’agit  pas d’une personne, mais de son niveau de conscience, de son environnement humain, des pressions qu’on lui fait subir et de celui qui doit assumer sa paternité. Bref soyons nets l’avortement est l’échec de la société toute entière. C’est pourquoi, nous acceptons la contraception comme un moindre mal.

 

    Nous refusons la souffrance animale,  l’abus de la vivisection et surtout le mépris envers les animaux de boucherie, les animaux sont comme l’être humain des créatures Dieu et à ce titre ont le droit au respect.

 

     Cette édition est inspirée et actualisée d’après les positions de l’église primitive, de l’évangile est de l’histoire de l’église gallicane depuis le miracle de la Sainte Ampoule à Reims. Pour le reste nous suivons les prescriptions des évêques de notre succession apostolique, tel que Monseigneur Vilatte, Houssaye, Giraud, ou, Poncelin d’Eschevanne dont Monseigneur Enos fut coadjuteur avant de devenir le dernier patriarche de l’église gallicane.

 

 

 

 

 

      L’Eglise Gallicane Catholique orthodoxe  et Apostolique tradition de Reims en la personne de Monseigneur Jean-Louis Gabriel Poncelet, rédacteur de ce texte. Ainsi que tous ceux qui se reconnaissent dans cette profession de foi s’engagent à la mettre en pratique, mais aussi à la faire respecter, dans l’intérêt de tous les gallicans.

 

         N.B. L’église précitée, étant d’origine catholique et apostolique, sa succession étant sans interruption depuis saint Pierre d’Antioche (1). Les clercs de cette église administrent validement et sans contestation possible, les sacrements liés au sacerdoce et délivrent tous documents concernant ceux-ci.

 

(1)   : Se reporter au livret succession apostolique de l’Eglise Gallicane du même auteur.

Publié dans religion