fin de mon jeûne aprés 30 jours

Publié le par eglise gallicane reims

Après 30 jours je sors de mon jeûne :

Tout d’abord je tiens à remercier toutes celles et ceux qui m’ont fait part de leur intérêt et de leur soutien durant cette période de prière et de grand recueillement ; j’ai particulièrement apprécié parmi ces soutiens ceux que m’ont apportés les prêtres et évêques de nos petites églises, ce qui prouve que l’ont peut-être en convergence sur des points essentiels de la pratique religieuse.

Durant tout ce jeûne j’ai ressenti la paix intérieure l’apaisement, j’ai médité et trouvé le moyen de pouvoir prolonger cet état de profonde prière, car à partir de la troisième semaine le corps ne s’impose plus, seul, l’esprit domine les mauvais sentiments les rancœurs perdent leur intensité, les vanités sont sans intérêt. Que pense t’on durant cette période de libération, on relativise : à quoi bon l’orgueil, la compétition pour briller plus que l’autre, et en même temps que d’humilité chaque jour sachant très bien que l’adversaire guette, vous tente, vous dit à quoi bon, vous fait des images, bref nous pouvons chuter à chaque instant face à la force de nos habitudes.

J’ai durant ce jeûne un peu prolongé, lu ou entendu que le jeûne était dangereux pour la santé, ce raisonnement est faux, on peut comprendre que beaucoup ne connaissent pas cette tradition mystique, mais certains se cachent derrière cet argument révélateur de faiblesse, pour justifier de ne pas le faire. Le jeûne soigne et guérit aussi bien l’âme que le corps je crois que je peux modestement vous faire part de ce vécu car pour en parler il faut le vivre.

Quant à la prière, elle est plus fervente et fréquente, nous perdons beaucoup de temps pour nous alimenter : à savoir préparation des repas, temps de prise de ces derniers et enfin cette longue digestion surtout pour les produits carnés qui monopolisent jusqu’à soixante dix pour cent de notre énergie. En période de jeûne, rien de tout cela, l’Esprit occupe tout l’espace et, je l’affirme rien ne peut égaler cette pratique, la méditation le ventre plein ne permet pas de s’élever au niveau de l’esprit, il y a complaisance avec le corps que nous devons éduquer, car le plaisir d’un jour c’est souvent le mal-être du lendemain.

Il est vrai que beaucoup veulent conseiller les autres certes, mais pour cela il faut être soi-même dans l’ascèse et la connaissance, sinon, de quoi parle t’on ; le jeûne c’est la transcendance de notre esprit, d’avec notre être temporel, celui que la société nous oblige à construire souvent en désaccord avec notre âme.

Je reprends donc, mon ascèse végétarienne et le jeûne hebdomadaire du vendredi et bientôt je ferais un autre jeûne prolongé pour la paix entre les êtres et l’éloignement des individualismes et autres calamités de notre société.

fin de mon jeûne aprés 30 jours